#Caen

Le tramway, levier de dynamisme économique

Le tramway, levier de dynamisme économique

En 2019, un nouveau tramway sera mis en service par la communauté d’agglomération Caen la mer. Reliant les quartiers en développement, il offre de nouvelles perspectives économiques.

Le projet de construction d’un nouveau tramway, lancé par la communauté d’agglomération Caen la mer et dont la concertation avec les habitants s’achève, vise plusieurs objectifs : remplacer l’actuel tramway sur pneu par un nouveau tramway fer ; étendre la ligne existante, au sud, vers Fleury-sur-Orne jusqu’au futur Centre d’exploitation et de maintenance ; créer une nouvelle ligne « Presqu’île » d’1,7 km desservant ce nouveau quartier et ses nombreux équipements. Montant total de l’investissement, soutenu financièrement par l’Etat, les collectivités territoriales et l’Europe : 230 millions d’euros.

© Aprim

© Aprim

Le projet va accompagner le développement de l’agglomération en assurant une desserte permanente des zones d’habitat, d’emplois et d’activité commerciale et accélérer les projets d’aménagement urbains, notamment de la Presqu’île : le nouveau tramway desservira le Cargö (salle de musiques actuelles), l’Esam (l’école supérieure d’arts et médias de Caen), le nouveau Palais de justice, la future BMVR (Bibliothèque Multimédia à Vocation Régionale), la Maison de la recherche et de l’imagination… A la clé, une qualité de vie améliorée : seront desservis à moins de 500 mètres d’une station, 74 000 habitants, 47 000 emplois et 27 000 scolaires et étudiants.

Le tramway est aussi un facteur de valorisation de l’image de la ville et un contributeur au respect de l’environnement dans une ville durable. L’ensemble du tissu économique bénéficiera également des retombées économiques du chantier. Il permettra la création ou le maintien de quelque 1 600 emplois directs, auxquels s’ajouteraient 600 emplois indirects sur la durée de l’opération. La part des emplois locaux est estimée à environ 800 emplois. Les futurs marchés publics intégreront des clauses d’insertion et seront allotis pour donner de meilleures chances aux petites et moyennes entreprises et aux acteurs locaux du bâtiment et des travaux publics d’y répondre. Début du chantier prévu pour fin 2017.